Loin derrière nous l´ère industrielle assumée. Aujourd´hui, c´est le retour à l´essentiel. Nous nous écoutons plus et nous exigeons le meilleur pour notre organisme. Il faut bien nourrir notre 2ème cerveau : l´appareil digestif.

Le corps n´est plus un mystère, Internet et autres livres accessibles sur notre bien-être nous aident à mieux comprendre comment appréhender nos besoins. L’information est disponible partout. Le schéma de message à sens unique « marque vers consommateur » n’est plus valable. Les consommateurs sont de plus en plus responsables et prennent du temps pour se renseigner avant d’acheter. Nous pensons prévention et celle-ci passe par notre assiette, alors logiquement, nous faisons attention à bien manger. C’est une forme d’automédication.

Passer du « moins » au « plus »

Le monde de l’agro-alimentaire suit le courant et certaines marques glissent sur le terrain du healthy avec simplicité et fraîcheur, tournant le dos aux stéréotypés connus. L’alimentaire santé se veut désormais riche et sans superflus, naturel, loin des codes froids du « scientifique prêt à nous sauver ». Et ça parle à tout le monde, la segmentation hommes/femmes laisse la place à un discours axé sur le bien-être et centré sur le corps.

Les grands groupes s’y mettent aussi. Kellogg’s déplace son message de « minceur » à « nourish ». Fini le temps du skinny et de l’objectif bikini ! On passe de la contrainte au bénéfice. Bjorg travaille la naturalité et la gourmandise…

Lire la suite sur Influencia
Retour aux articles